Comment déclarer ses revenus locatifs aux impôts ?

Vous percevez des revenus locatifs que vous devez déclarer aux impôts ? Découvrez comment effectuer cette déclaration sans vous tromper :

Revenus locatifs : la déclaration

Déclarer ses revenus est une obligation qui concerne tous les foyers et quel que soit le montant de vos revenus. En ce qui concerne les revenus locatifs, il faut les ajouter aux autres revenus comme les salaires afin de constituer votre revenu global qui sera ensuite soumis à l’imposition sur le revenu.

Cependant, il faut distinguer les revenus issus d’une location vide des revenus issus d’une location meublée. En effet, les revenus issus d’une location d’un logement vide seront imposés dans la catégorie des revenus fonciers alors que les revenus issus d’une location d’un logement meublé seront imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Revenus locatifs : quelle somme indiquer ?

Sur votre déclaration vous devez indiquer le loyer annuel que vous recevez de votre locataire mais en excluant les charges et les taxes relatives au logement. Et cela même si le contrat de bail indique que ces charges doivent être payées par le locataire.

Cependant, le montant du loyer que vous déclarer ne doit pas comprendre les charges locatives, les charges de copropriété et les équipements loués avec les murs.

Dans le cas où le logement est loué sur toute sa surface, alors vous devez porter le montant du loyer annuel sur la déclaration. Par contre, il faut obligatoirement indiquer si la location est nue ou meublée. A contrario, si le logement est loué partiellement, alors vous n’avez pas à porter le montant annuel de loyer. Mais vous devez tout de même l’indiquer.

Revenus locatifs : location d’un bien vide

Si vous louez un logement vide, alors vous êtes soumis au régime des revenus fonciers et vous aurez le choix entre ces deux régimes :

Régime micro-foncier

Si vos revenus ne dépassent pas 15 000 euros, alors le régime micro-foncier est automatique. Grâce à ce régime, vous n’aurez qu’à porter le montant de vos loyers bruts sur la déclaration. Sur ce revenu s’applique un abattement de 30%. Donc vos revenus sont imposés sur 70% de leur montant. L’impôt que vous devrez payer dépend de votre tranche marginale d’imposition. De plus, aucune charge ne sera déduite en plus.

Régime réel

Ce régime s’impose si vos revenus dépassent les 15 000 euros. Il permet de déduire la quasi-totalité de vos charges. Dans le cas où elles seraient plus élevées que vos revenus locatifs, alors vous aurez la possibilité de créer un déficit foncier qui s’imputera dans la limite de 10 700 euros sur le revenu global.

C’est à savoir : 

Attention, si vous louez à la fois un logement vide et un logement meublé vous devrez distinguer les loyers en revenus fonciers pour les locations vides et en bénéfices industriels et commerciaux pour les locations meublées.

Revenus locatifs : location d’un bien meublé

Dans le cas où le logement en question serait loué meublé, alors vous serez soumis au régime BIC. Vous aurez donc le choix entre ces deux régimes :

Régime micro-Bic

Ici vos revenus subissent un abattement de 50 % et ils ne doivent pas excéder 70 000 €.

Régime réel

Permettant de déduire l’ensemble des charges, il offre aussi la possibilité de créer un déficit foncier s’imputant sur le revenu global.

En cas de gros travaux dans votre location

Si vous avez réalisé des travaux conséquents dans le logement loué, nous vous conseillons d’opter pour le régime réel. Et cela même si votre situation correspond au régime micro-foncier ou micro-bic.

En optant pour le régime réel, vous pourrez déduire vos travaux des revenus fonciers, car ils sont déductibles. Cela va donc représenter un levier permettant de créer un déficit et de payer moins d’impôts. Attention, cette déduction peut être effectuée dans la limite de 10 700 euros du revenu global.

Revenus locatifs : ce qu’il faut retenir

  • a) si vous louez un logement vide, vous êtes soumis au régime des revenus fonciers. Alors que si vous louez un logement meublé vous serez soumis au régime BIC.
  • b) si vous louez un logement dans sa totalité (sur toute sa surface), alors vous devez porter le montant du loyer annuel sur la déclaration.
  • c) si vous avez effectué de gros travaux dans le logement loué alors il est préférable de choisir le régime réel qui permet de déduire les charges.

Les articles les plus consultés:

🏡 La sous-location est-elle possible pour une place de parking ? 🏡 Comment transformer une grange en habitation ? 🏡 Tapage diurne : mes voisins font du bruit 🏡 Un propriétaire peut-il interdire au locataire de fumer ? 🏡 Comment se répartissent les charges de copropriété ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...