AccueilImmobilierImmobilier localL'immobilier à Bordeaux en 2021 : les effets de la crise sanitaire

L’immobilier à Bordeaux en 2021 : les effets de la crise sanitaire

Les confinements successifs ont laissé le champ libre à de nombreuses interrogations. Contrairement à ce que nous pouvions redouter, le marché de l’immobilier a bien résisté en 2020 (+ 2,1%) sur le plan national. Dans une moindre mesure, les Français continuent à investir encore dans les grandes métropoles. Les résultats des neufs plus grandes villes françaises attestent de la hausse + 2,6% en moyenne contre + 5,2 % en 2019.

Une seule ville affiche une faible baisse du prix de l’immobilier : Bordeaux

Les chiffres de l’immobilier à l’heure de la Covid-19

Bordeaux reste à la troisième place des villes les plus chères, après Paris (10 402 euros le m²) et Lyon (5 432 m²). Pourtant, pour la première fois depuis des années, les prix ont baissé légèrement de – 0,7%. Le mètre carré peut atteindre 4 624 euros dans la capitale girondine.

Pour comprendre ces chiffres, il faut remonter quelques années en arrière. Depuis 2014, les prix des logements se sont envolés et ont progressé de 29, 93 %. Il est fort possible qu’ils aient atteint un plafond.

Un seuil que, pourtant, bien peu d’habitants peuvent se permettre. Le pouvoir d’achat moyen d’un girondin s’élève à 200 000 euros. L’augmentation du coût de la vie et un bassin d’emploi en recul limitent l’accès à l’investissement immobilier. Ce qui explique aussi le recul des transactions.

Des indicateurs négatifs pour une reprise de l’immobilier à Bordeaux

Les prix très élevés n’expliquent pas tout. La réputation d’une ville bourgeoise sécure et tranquille est mise à mal depuis quelques mois. Bordeaux, la