AccueilImmobilierInvestissementInvestissement Pinel : comment ça marche ?

Investissement Pinel : comment ça marche ?

Depuis 2014, la loi Pinel fait le bonheur des investisseurs dans le neuf. Alors pourquoi pas vous ? Mode d’emploi pour acheter pour louer grâce au dispositif Pinel.

La loi Pinel, c’est le plus connu des dispositifs de défiscalisation immobilière, c’est-à-dire un mécanisme pour soutenir l’investissement locatif dans l’immobilier neuf tout en vous permettant de réduire vos impôts. Voici donc comment réaliser un investissement Pinel et commencer rapidement à défiscaliser.

La loi Pinel : définition

La loi Pinel, du nom de la ministre du Logement à l’époque de sa création, Sylvia Pinel, est un dispositif pour réduire ses impôts jusqu’à 6 000 € par an en échange de la mise en location d’un logement acheté neuf.

Première étape : acheter un appartement neuf dans une zone éligible, c’est-à-dire les zones les plus tendues de l’hexagone en matière d’immobilier : Paris, l’Ile-de-France, les grandes métropoles, la Côte d’Azur, le Genevois français, l’outre-mer…

Deuxième étape : le mettre en location dans les douze mois après sa livraison en respectant un plafond de loyer et un plafond de ressources pour le locataire. Le plafond de loyer correspond à un niveau intermédiaire, c’est-à-dire environ 20 % en dessous du marché locatif privé classique. En 2021, le plafond de loyer est ainsi de 17,55 €/m² à Paris, de 13,04 €/m² à Marseille pour 10,51 €/m² à Bordeaux.

Le plafond de revenus du locataire correspond à plus de 60 % des ménages, soit environ jusqu’à 4 800 € de revenus pour un couple à Lille et Montpellier.

Troisième étape : obtenir sa réduction d’impôt sur le revenu qui se calcule en fonction du prix d’acquisition et de la durée de mise en location. Pour 6 ans d’engagement de location de l’appartement neuf, le bonus fiscal sera de 12 % du prix d’achat plafonné à 300 000 € et 5 500 €/m², soit jusqu’à 36 000 € d’impôt en moins. Pour 9 années de mise en location, la quote-part est de 18 %, pour 12 ans, l’avantage fiscal représente 21 % du prix d’acquisition, soit jusqu’à 63 000 € d’économies d’impôt.